Joyeux Noël 2020 : le bilan d’une année au cinéma

En cette période de fêtes , j’avais envie de faire un petit « top » personnel des films vus au cinéma en 2020. Histoire d’évaluer un peu ce qui reste de cette année maudite. =)

Cinq films m’ont particulièrement marqué.

En voici la liste :

MIGNONNES de Maïmouna Doucouré

Avec Fathia Youssouf, Medina El Aidi, Bilel Chegrani…

Film français / Durée 1h35 / Drame

Le pitch : Des fillettes sont persuadées que pour gagner un concours de danse, elles doivent remuer du popotin en string et en soutif, comme à la télé. 

Mignonnes est le film qui a fait trembler Netflix en 2020, à cause d’une affiche provocatrice. (Pas celle-ci, une autre un peu plus suggestive.) Des utilisateurs ont décidé de boycotter la plateforme en se désabonnant pour dénoncer la présence du film au catalogue. Une pétition aux USA a récolté 240 000 signatures contre ce film… Vraiment le bad buzz dans toute sa définition.

Au passage, le film a été interdit en Turquie, car « il risquait de compromettre le développement psychologique des enfants ».  

Justement, le propos de ce film est de dénoncer la banalisation de l’érotisme, l’éveil à la sexualité trop précoce chez nos têtes blondes, l’accessibilité sans contrôle à des images à caractère sexuel. L’attaque est largement dirigée contre les réseaux sociaux et les clips musicaux, où les chorégraphies sont aujourd’hui trop évocatrices pour se destiner à un public de jeunes.

Le film développe aussi une jolie réflexion en mettant en opposition les anciennes traditions religieuses/culturelles/familiales et le monde moderne, qui avance à toute vitesse.  

Certaines séquences sont évidemment choquantes, mais elles sont là pour permettre une prise de conscience du spectateur. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’un film fort, triste et émouvant, remarquablement écrit et conduit par la réalisatrice.

À vous de tenter l’expérience. En tout cas, ce film ne laisse personne indifférent.

DARK WATERS de Todd Haynes

Avec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins…

Film américain / Durée 2h06 / Drame

Le pitch : Un avocat se lance dans un grand combat judiciaire contre les poêles à frire en téflon.   

Wouhou, dénonçons les scandales, battons-nous pour l’écologie et tout ça !

Film militant donc, mais terriblement prenant. Si vous appréciez les procès judiciaires, si vous adorez les vaches et si vous vous intéressez à la pollution des sols, ce docufiction romancé saura vous séduire.

Dark Waters sera peut être l’occasion de vous faire découvrir Mark Ruffalo dans un rôle beaucoup plus nuancé que son ultra-célèbre Hulk. (Voyez ce film en VO, si possible !)

Si vous voulez en savoir plus, j’ai écrit une chronique ici.

Après, vous allez jeter toutes vos casseroles, c’est promis.

LE CAS RICHARD JEWELL de Clint Eastwood

Avec Paul Walter Hauser, Olivia Wilde, Jon Hamm…

Film américain / Durée 2h09 / Drame

Le pitch : Monsieur Tout le Monde tente de déjouer un attentat. Bien mauvaise idée : on l’accuse maintenant d’être le poseur de bombes.

Ce qu’il y a de bien avec Clint Eastwood, c’est qu’il a un don pour raconter tout et n’importe quoi.

Ce film aurait pu être long et chiant, d’autant qu’il est inspiré de faits réels.

Je l’ai trouvé en définitive captivant.

Lui aussi a été victime d’un bad buzz à sa sortie. (Le film, pas Clint.) On lui a reproché la mise en scène d’un personnage féminin qui couche avec ses sources pour obtenir des informations. Ce point étant fictif, il a été dit que cela souillait l’image de la véritable journaliste qui grand dieu n’aurait jamais ça et qui était aujourd’hui décédée et ne pouvait plus défendre sa réputation… Certes.

Le scénariste qui pensait bien faire en passant au féminin le cliché du journaliste « prêt à tout pour réussir », a dû se faire taper sur les doigts. Lui qui visait sans doute l’égalité des sexes s’est retrouvé taxé de « sexisme ». Polémique…

En tout cas, le film est bon, se regarde aujourd’hui et se regardera encore volontiers dans quelques années.

IRRESISTIBLE de Jon Stewart

Avec Steve Carell, Rose Byrne, Mackenzie Davis…

Film américain / Durée 1h41 / Comédie dramatique, politique

Le pitch : Comment faire gagner n’importe qui à une élection politique américaine.  

Si vous aimez Steve Carell, allez voir ce film. Pas parce qu’il est drôle, les vannes marrantes s’y font rares. C’est surtout un *juron au choix* de bon film intelligent, sur comment monter de toutes pièces un succès, grâce aux médias, aux statistiques, aux pronostics et à toutes sortes de manigances chiadées.

Il aurait pu être vendu comme un thriller, car on ne s’y ennuie pas une seule minute. Encore une fois, c’est un film « prise de conscience », engagé, et qui a pour objectif de vous pousser à réfléchir.

Du fait du Covid, il n’est pas sorti en salle aux USA, et de manière très confidentielle en France entre deux vagues. Il est néanmoins paru en DVD depuis le mois d’octobre et franchement, c’est une valeur sûre pour passer un bon moment. J’espère qu’il pourra être nommé aux prochains Oscars.

1917 de Sam Mendes

Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Colin Firth…

Film anglo-américain / Durée 1h59 / Guerre, drame.

Le pitch : Deux poilus traversent la ligne de front en quatrième vitesse pour prévenir leurs copains d’un danger imminent.   

Le Lara Croft des films de guerre ! Ce film tout en (faux) plan séquence, vous entraînera dans les tranchées anglaises et allemandes sans répit, un peu comme un jeu vidéo où de malheureux pions sont obligés d’avancer de mésaventure en mésaventure.

Ce film a une dimension humaine, car la caméra est très proche de nos jeunes acteurs principaux. Nous les accompagnons dans leur périple, l’immersion est quasi complète. Si vous voulez en savoir plus, j’en ai fait la chronique ici.

Je ne comprends toujours pas pourquoi il n’a pas remporté l’oscar du meilleur film. (Même si Parasites est très bien, hein, je ne dis pas le contraire.)

Vraiment à découvrir si vous aimez les films de guerre, les thrillers et aussi un peu la poésie.

Et puisque ce sont les fêtes et qu’il convient de répandre de la bonne humeur dans cette ambiance morose, je vous offre pour finir quelques « souvenirs sympas » de 2020. =)

Hop, on envoie voler les cotillons :

  • Le « Patient de Londres » va bien : deuxième cas de guérison mondiale d’un malade du VIH. En Afrique, ça y est, la polio est enfin éradiquée. Toute la communauté scientifique danse la polka.
  • La sonde Mars 2020 a été lancée dans l’espace. C’est quand même cool l’aventure spatiale, c’est un peu comme vivre un épisode de Star Trek en live.
  • Une nouvelle enzyme permet de dégrader les produits plastiques en quelques heures au lieu de quelques siècles. On n’a pas encore sauvé la planète, mais le travail est en cours.  
  • Captain Tom a collecté 33 000 000 de livres sterling pour les soignants britanniques, simplement en marchant dans son jardin à l’aide de son déambulateur. Everything is possible !
  • Deux pandas se sont enfin accouplés, après dix ans d’essais infructueux…

C’est bon à savoir, tout ça, non ?

Allez, 2021 sera certainement meilleure. =) Je vous souhaite à tous une excellente future année, où tout n’est pas écrit d’avance.

Mes amitiés les plus monstrueuses !

3 commentaires sur « Joyeux Noël 2020 : le bilan d’une année au cinéma »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :